L'automobile a sa source
ALFA ROMEO 8C rouge sur décor noir et blanc
TATRA T77 verte vue de l'arrière

La définition de l’Art- en Latin Ars Artis : Habilité, métier, connaissance technique- est l’activité humaine, qui par l’agrégation d’éléments, permet de créer des objets générant une réflexion ou de l’émotion à un groupe de personnes. Et donc, pour l’Art décoratif appliqué à la voiture ancienne, ce sont les composants fabriqués par les carrossiers et autres artisans pour générer des émotions en regardant un véhicule.  

Si pour l’administration fiscale Française il est entendu qu’une automobile de plus de 30 ans produite en quantité restreinte peut être considérée comme une œuvre d’Art à condition qu’elle soit exceptionnelle, soit par son caractère historique, industriel, sportif ou sociétal, il est toujours délicat de définir une œuvre d’Art ou de juger de l’aspect artistique d’un objet en l’occurrence d’une voiture tant l’Art lui-même est subjectif, et différemment appréhendé par chacun. 

Au même titre qu’un meuble, un ustensile, ou un outil, l’automobile est un objet manufacturé rassemblant des éléments. 

Les plus belles voitures anciennes sont maintenant vendues aux enchères au même titre que d’autres œuvres d’Art par des commissaires experts en automobiles cohabitant avec d’autres experts de l’Art.

bandeau de texte indiquant : "les voitures des années 1920 déclenchent-elles des réflexions ou des émotions à l'époque, ou encore aujourd'hui ?

Avant les années folles (1920-1929), les voitures sont encore assez majoritairement des « caisses à savon » tant leur carrosserie sont carrées. Les traces de l’hippomobile sont encore profondes et les procédés industriels ne permettent pas totalement de former les tôles à souhait. Nombreux encore sont les carrossiers (dont le nom de certain restera ultérieurement) travaillant le formage à la main de tôle acier ou aluminium. Et hormis quelques gardes boue un peu plus chaloupés, sommets de radiateurs bombés, et peintures à liseret, le traitement Artistique reste sommaire. L’Art Nouveau n’a pas encore pleinement pénétré le milieu industriel. Seul l’aménagement intérieur par son ornement révèlera sa présence en automobile.

Pourtant des préoccupations identiques aux nôtres commencent déjà à se poser : La pénétration dans l’air, la protection des occupants, et la consommation de carburant. 

Ainsi, l’ingénieur Hongrois Paul JARAY (travaillant pour la firme ZEPPELIN) dessine dès 1922 des automobiles profilées et parviendra après 1930 à vendre ses idées à un constructeur.

Son dessin et ses prototypes sont-ils de l’Art de l’ingénierie appliquée ?

(« Le Dynamisme d’une automobile » a déjà été remarqué par Luigi RUSSOLO artiste peintre du mouvement dit Futuriste qui titre ainsi sa toile de 1912-1913).

Le Design artistique c’est pourtant invité dans les réflexions de certains fabricants. En 1925, l’exposition Internationale de Paris sur les Arts décoratifs et Industriels modernes (organisée à la demande des sociétés culturelles les plus actives à l’époque, dont la société d’encouragement à l’Art et à l’Industrie) montre surtout des pavillons décorés mais aucune voiture n’est en exposition devant ses derniers. D’autres expositions plus probantes alliant les Arts et l’automobile ont eu lieu ultérieurement (dont la plus médiatisée en 2011 de Ralph LAUREN au musée des Arts Décoratifs).

Le mot est prononcé ici plus haut : le Design.

Générer de l’émotion au travers de l’automobile est devenu un métier à part entière.

De nombreux Designer automobile sont maintenant célèbres par leur(s) création(s).

Si le métier de carrossier formant la tôle de façon artisanale et créant de l’émotion a presque disparu, les écoles de formation au métier de Designer automobile se sont beaucoup développées.
Citons quelques Créateurs ou Designers ou Carrossiers célèbres en automobile :
(Ne pas les confondre avec les artistes créant des œuvres à partir de voitures ou de pièces de voiture)

  • Carrosserie CHAPRON-Neuilly-sur-Seine puis à Levallois-Perret
  • Carrosserie Walter LAGRANDE- Paris
  • Carrosserie Émile DARL’MAT- Paris /Sochaux
  • Carrosserie KELLNER- Boulogne Billancourt
  • Carrosserie GRABER- Suisse
  • Carrossier et constructeur- BUGATTI
  • Walter DA SILVA- ALFA ROMEO
  • Fabio Luigi RAPI – ISOTTA FRASCHINI 
  • Marcello GANDINI BERTONE

Il faudra attendre la grande dépression de 1929 aux USA pour que les choses changent un peu.

Est-ce le besoin de revenir au strict minimum qui a épuré les lignes et supprimé la lourdeur des motifs graphiques et les couleurs saturées ou un simple essoufflement d’un style ? 

Ou peut-être l’augmentation des performances des modes de transport qui ont générées une réflexion sur l’aérodynamisme ? Ou peut-être également l’expatriation du Hongrois Paul JARAY

ou le travail de Jean ANDREAU( 1890 – 1953) – ingénieur travaillant à l’aérodynamisme pour CHAUSSON, CITROEN et DONNET

Toujours est-il que le courant moderne du « Streamline » né autour de 1929/1930 aux USA semble satisfaire à ces deux besoins. 

Appliqué à l’automobile, les carrosseries se parent de galbes beaucoup plus profonds, les angles s’arrondissent, les lignes s’étirent, les parebrises et calandres s’inclinent.

En Europe, les « French Curves » ou « Double French Curves » de grands carrossiers ou le « fuseau Sochaux » avec Émile DARL’MAT chez PEUGEOT, ou BERTONE avec la FIAT 527 Ardita donneront de magnifiques voitures plébiscitées encore aujourd’hui dans les concours d’élégance.

L’amélioration des matériaux et l’utilisation de nouveaux (aluminium, …) permet de nouvelles audaces.

Si l’aspect général des carrosseries évolue, qu’en est-il des apparats ? Les phares, feux, poignées, sièges subissent-ils également un cure stylistique ? (voir notre articles sur les phares )

bandeau avec texte de style art décoratif indiquant : " les voitures marquantes"
  • CORD 812
  • STOUT Scarab 1936
  • TATRA 77-1934
  • DELAHAYE 135 compétition-1935
  • BUGATTI 57 S – 1936
  • PANHARD Dynamic-1936
  • TALBOT LAGO T150C SS – 1937
  • DELAHAYE 145 CHAPRON-Coupé – 1937
  • DELAHAYE 135M Roadster Joseph FIGONI– 1938
  • DELAGE D8 120 Coupe Dynamique 1938
  • HISPANO-SUIZA H6C Dubonnet Xenia Saoutchik Coupé- 1938
  • ALFA ROMEO 8C 2900B

La première voiture entrant dans un musée comme œuvre d’art au sein d’une collection permanente du Musée d’Art moderne de New York en 1951 est la CISITALIA 202 

A voir aujourd’hui :

Exemples : 
Marcello GANDINIBERTONE (ALFA ROMEO Carabo, ALFA ROMEO Montreal, AUTOBIANCHI A112, CITROEN BX, LANCIA Stratos, LAMBORGHINI Countach, LAMBORGHINI Marzal, LAMBORGHINI Muira, MASERATI Khamsin, RENAULT SuperCinq)

Vous connaissez d’autres Designers automobile que nous n’aurions pas listés ?
Lequel vous a le plus marqué ?