L'automobile a sa source
La découverte

La découverte

Encore un de ses coups de téléphone qui change parfois le cours de votre vie :

« Pascal ? j’ai eu vent d’une vente de voitures anciennes dans un ancien garage pas loin de chez moi. Peu de personnes sont au courant ! J’ai eu l’info par un copain collectionneur…,ça te dit d’aller voir ? il faut faire vite !!».

«Euh,oui!, Il y a quoi comme voitures ? tu as une remorque ?  Et si on achète quelque chose, peux-tu stocker le temps que je débarrasse mon garage ?».

Le boulot est une chose mais la passion est plus forte. Je ferme l’ordinateur, un passage par le distributeur pour prendre un peu d’argent liquide et me voilà parti sans même savoir ce que j’allais trouver.
Jusqu’à présent, je me faisais plaisir avec une belle MGB GT V8 achetée entièrement rénovée en Angleterre sur laquelle je fais un peu d’entretien mécanique courant avec quelques clés anglaises.

MG B GT bleue entièrement rénover en Angleterre

Jamais je n’avais envisagé de me lancer dans un projet de restauration pourtant j’en prenais le chemin.

Nous arrivons sur place. La plaque sur le mur à l’angle d’un vieux garage indique « Rue Gaston LEPINE – Résistant- Chef de Réseau des Forces Françaises Combattantes Guerre 1939-1945 ».

Photo plaque de rue Gaston Lépine : chef de secteurs des forces françaises

A travers le simple vitrage brouillé aux montants verticaux en acier typiques d’un ancien atelier, on devine vaguement la forme d’une voiture mais difficile de dire laquelle.

Le lieu garde son mystère jusqu’à ce que la grande porte en bois coulisse lourdement sur son rail.

Et là, c’est l’extase ! le genre d’endroit que j’affectionne pour en avoir visité ou tellement vu sur les forums montrant des photos d’endroits cachés, de granges, de vieux garages dorment des trésors.

Daf 33 à restaurer
Peugeot 202, Renault Dauphine, Daf 33 dorment dans un garage

A l’intérieur, c’est l’effervescence. Le lieu a été vendu pour en faire un loft et tout doit être débarrassé au plus vite. C’est donc une PEUGEOT 402 familiale sur parpaings qui jouait au fantôme derrière la fenêtre aux vieux carreaux à motifs.

Voitures à rénover dans une garage délaissé Peugeot 402 Familiale

L’héritière des lieux, assez âgée, indique en nous entrainant dans son sillage qu’elle en a assez des charognards sans respect qui piquent des choses quand elle a le dos tourné et mettent tout dessus dessous. Le ton est donné !

Mon frère et moi osons à peine répondre, pourtant ce n’est pas notre manière de faire.

Je m’imprègne des lieux. Malgré le foutoir ambiant, il est magique. J’ai l’impression d’avoir fait soudainement un voyage dans le temps. Un bon nombre de voitures est encore là, et les bras m’en tombent en voyant des avant-guerres parquées face aux murs. 
J’ose alors ma première question qui aura l’avantage de rendre notre guide un peu plus ouverte :

« Mais il n’est plus en activité depuis quand ce garage ?»

« Tonton est décédé à l’âge de 86 ans et il avait arrêté son activité il y a déjà longtemps »

Un rapide calcul de tête et me voilà en train de poser une seconde question :

« Mais ? Certaines des voitures qui sont là ont quasiment le même âge ! »
« Son père était aussi garagiste » me répond-elle, « et certaines voitures étaient déjà là à l’époque ».

Elle nous fait visiter le premier bâtiment et nous montre les premières voitures. Il y a aussi quelques camions.

Ford Y délaissé
« Celle-ci est vendue mais la personne n’a pas payé et je n’ai plus de nouvelle. Ça commence à bien faire tout cela !», lâche-t-elle d’un ton lasse tout en nous entrainant vers un autre bâtiment où d’autres véhicules attendent de sortir de l’oubli.

Puis, nous allons vers un bureau dont les murs ne sont plus visibles : Les étagères débordent de revues techniques d’un côté et de l’autre de pièces de rechange toutes d’origine constructeur et pour certaine, encore dans leur emballage.

Le bureau sur lequel « Tonton » travaillait est comme celui de tous les garagistes d’antan ; des piles de papiers, factures, livrets tous les uns plus gras et noircis d’empreintes des doigts que les autres. Ils se mélangeant aux pièces usagées posées là en attendant d’avoir trouvé une éventuelle pièce de remplacement pouvant faire l’affaire. Les tiroirs ne ferment plus tant on a essayé d’y mettre une vie professionnelle complète sans avoir fait de tri, faute de temps sans doute.

Ah, le temps !
Faisons justement une pause ici pour discuter de ce début de visite et en tirer quelques enseignements.
A ce stade, il faut bien l’avouer, je n’étais pas vraiment prêt à agrandir ma collection, et encore moins refaire une vieille voiture.

Lorsqu’une bonne opportunité se présentera pour l’achat d’une voiture de collection, il vous faudra décider sereinement. Plus vous vous serez préparé, plus le projet de restauration aura plus de chance d’aller à terme…

Il est préférable d’avoir une longue réflexion avant de se lancer dans un projet d’achat d’une voiture ancienne et de plus s’il s’agit d’une ancienne à restaurer.

Les 1ère questions à se poser :

  • Quels sont mes goûts et mes besoins ?
  • Quel type ou quelle marque de véhicule ancien me plait le plus ?
  • Une marque existante ou une marque disparue ? 
  • Quel est mon style de conduite ? Je suis plutôt « virée tranquille » ou « course effrénée » ?
  • Dois-je opter pour une voiture « plaisir seul » ou « partage familiale » (grande ou petite) ? Cheveux au vent ou toit bien étanche (cabriolet ou break commerciale) ?

Je suis grand. Mon 1.85M sera-t-il à l’aise dans une AUSTIN Mini ? Et pourrais-je y mettre mes 3 enfants et ma femme pour partir Week-end ? Break ou Coupé 2 places… ?

Vous voulez vous faire une première idée de votre belle ? Vous voulez quelques éléments de réponse ?  Cliquez-ici : Comment choisir SA voiture à restaurer.

Laisser un commentaire