L'automobile a sa source
Les phares

Les phares

Le sujet est vaste. Essayons d’éclairer le débat…

C’est bien après que Louis XV ait ordonné aux carrosses et aux fiacres de se munir de lanternes pour circuler la nuit que des automobiles sortirons du brouillard avec une rampe de spots toute illuminée. 

Plein phare donc sur la lampe acétylène et les ampoules 12 volts, qui dans les deux cas ont leur charme : Le jaune cuivré !

Phares d'une voiture BAYART

D’abord vrais objets de décoration, les lanternes ne sont posées sur les véhicules qu’au crépuscule.

Pour que le conducteur puisse voir les indicateurs de son tableau de bord (décret de 1899), les lanterniers installeront des vitres latérales aux lanternes. Les services de l’état à l’époque auraient bien eu besoin de quelques lumières pour voir que cette situation proche du conducteur n’éclaire en rien la route.

lanterne

C’est d’abord deux lumières blanches à l’avant et un rouge à l’arrière qui seront nécessaire à la circulation de nuit sur les routes à « fort » trafic. Une plaque d’identification éclairée viendra compléter l’équipement avant et arrière des véhicules dépassant les 30 Km/H.

Puis peu importe l’importance du trafic et la taille de la route, il faut avoir une lampe allumée pour rouler la nuit dès 1905. 

Une étincelle de génie : La lumière issue de l’acétylène au contact de l’eau sur du carbure de calcium viendra souffler première place jusqu’alors occupée par la bougie stéarine.

La moderne lampe à acétylène n’enlèvera pas l’envie de donner à l’automobile un regard esthétique. La volumineuse lanterne à deux réservoirs occupant une partie du marche pied sera modernisée par MAGONDEAUX en une lampe compacte contenant de l’acétylène sous pression.

En 1922, il est nécessaire d’éclairer au moins à 100 Mètres si l’on roule à plus de …12Km/h !!

Plus l’on va vite et plus il faudra éclairer loin. Et tant qu’à avoir des ailes, autant installer la fée Electricité sur celles-ci.

S’il était déjà gravé sur certain porte bougies… le nom de DUCELLIER deviendra alors plus connu par les équipements électriques qui se généraliseront sur les automobiles des années 30. La dynamo fait son apparition dans les moteurs éclairant la route d’un nouveau jour.

Phares Ducellier

Dans les années 40, il y avait le regard du cyclope sous la forme d’une 3éme phare orientable installé sur le capot de la FORD Tucker. 

La CITROEN DS lance des regards en coin en essayant cette fonction des phares directionnels installée en 1968.

Quant à sa petite sœur, la CITROEN 2CV essayait le regard rond puis rectangulaire.

Phares Citroën CV
Phares 2cv Rouge

La timide OPEL GT n’ouvrira les yeux que se signaler à vive allure lorsqu’elle arrivera derrière vous.

Faisons également un clin d’œil aux AUSTIN HEALEY Sprite dont le regard Frog Eyes a dû inspirer Jean-Pierre PLOUE – designer RENAULT (plus que 3 ans pour que sa RENAULT Twingo souffle ses 30 bougies).

Laissons la LAMBORGHINI Muira se mettre du noir aux cils pendant que l’ALFA ROMEO Montreal mette ses lunettes de soleil.

Phares Alfa Roméo Montreal
Phares LAMBORGHINI Muira

D’ailleurs toutes deux n’ont-elles pas été créées par un certain Marcello GANDINI.

Mais nous parlerons prochainement de tous ses Designers et Carrossiers.

Laisser un commentaire