L'automobile a sa source
Pieds au plancher

Pieds au plancher

Portières ouvertes, je suis gêné dans mes déplacements autour de Sandrillonnette.

Il faudra sans doute qu’elles soient enlevées pour accéder aux fixations du plancher et du marche pieds.

De plus, J’ai remarqué que la base de montants en bois qui soutiennent celles-ci sont vermoulus. Les marche pieds et ailes apportent un peu de rigidité à l’ensemble de la carrosserie. En démontant, les montants risquent de céder sous le poids des portières et la caisse de l’habitacle pourrait se déformer.

Je les démonte assez facilement. Il n’y a que 2 charnières fixées à travers les montants et une sangle de limitation de l’ouverture.

Par contre, ce n’est pas une simple histoire de démonter les ailes et les marches pieds.

Autant les boulons de fixation des pare chocs sont peu nombreux, de bonne dimension et faciles d’accès, que les ailes avant et marche pieds ont de nombreux écrous, beaucoup plus petits et difficiles à déloger.

Même bien brossés et couverts de dégrippant, pas facile de les enlever. Surtout ceux à tête ronde ! Tant que le carré situé sous celle-ci n’a pas quitté son logement, il suffit de desserrer l’écrou.

Mais dès que l’écrou est suffisamment desserré, le boulon recule et la partie carrée sort du logement rendant ainsi inefficaces toutes les tentatives de desserrage suivantes.
Si le boulon ne tourne pas fou, c’est vous qui le devenez en tentant de repousser le boulon dans le logement d’une main et de l’autre de remettre votre clé hexagonale dans la bonne position sur l’écrou.

Pour certains boulons à tête ronde, je fais une fente à l’aide de la mini disqueuse afin de pouvoir les maintenir à l’aide d’un tournevis plat.

En cheminant boulons après boulons sans me préoccuper duquel serait le dernier à tenir, je me suis aperçu combien sur une voiture d’avant-guerre, les ailes sont de grandes tailles, et les marche pieds sont lourds

Une fois ces éléments retirés, les surprises commencent…la dentelle apparait : Le temps et la rouille ont fait leurs œuvres. Je ne m’attendais pas à de tels dégâts. Je prends conscience qu’il faudra faire appel à quelqu’un de compétent pour la reconstruction des parties disparues.

Bon ! pour ne pas perdre courage, de suite je mets pieds au plancher pour le retirer sur la partie avant (l’arrière est fait de 2 bacs en métal). Il est fixé par de nombreuses petites vis à la tête trop rouillée. Le tournevis n’a pas prise. Il faudra leur couper la tête. Après une nuit sous le dégrippant, je pourrais finir d’enlever avec une pince leur pointe du châssis. 

Je garde les planches. Avant que j’enlève les vis de fixation et rails coulissant des sièges avant encore présent sur celles-ci, je prends des photos et je note les emplacements de chaque élément.

Enfin, je vais pouvoir mettre à nu l’habitacle.


Conseils du jour :

  • Bien observer la construction et l’assemblage de l’ensemble de la voiture avant de retirer un élément.
  • Observer et choisir les boulons à laisser pour faciliter la manipulation finale de la pièce avant qu’elle ne tombe d’elle-même.
  • Prévoir de la main d’œuvre pour le démontage de grandes pièces telles que les ailes avant 
  • Faire des tracés des parties érodées de carrosserie avec des côtes en mesurant la position des points de fixations, inserts, trous de passage encore visibles ou imprimer des photos et y mettre les mesures.
  • Garder les pièces à refaire à remplacer comme gabarits.

Cet article a 2 commentaires

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :