L'automobile a sa source
Un véhicule Historique

Un véhicule Historique

Une enveloppe est arrivée. Il s’agit des documents envoyés par le notaire.

En lisant les papiers, je suis interpelé par le nom figurant sur ces derniers : Gaston LEPINE

Ce nom me parle…. Mais oui !!! C’est le nom qui figurait sur la plaque au coin de la rue où se trouvait le garage. Et heureusement, j’ai eu le réflexe de prendre le garage et la plaque en photo.

Gaston était donc le père de « tonton ». 
Une personnalité : Chef de réseau de la résistance sur le secteur de Valenciennes entre 1939-1945.

J’ai donc mis les mains sur le volant d’une voiture chargée d’histoire avec un grand H.

Une rapide recherche sur le web cite un livre: Gaston LEPINE raconte son histoire et figure en photo dedans  -Sur les chemins du B.O.A les pavés se souviennent – de Danièle LHEUREUX.

Un saut à la médiathèque locale et me voilà plongé dans l’histoire, face à face avec le héros qui a permis, pendant la guerre, aux aviateurs Anglais tombés en secteur occupé de retourner en Angleterre via le réseau Shelburn de Paris.

Est-ce pour cela que la voiture n’avait plus son compteur? Pas de compteur, pas de kilomètres à justifier à l’occupant Allemand !!

Ou simplement, aurait-elle servie de banque d’organes pour une autre voiture ? Mais un autre indice découvert pendant la restauration des pares chocs pourrait bien étayer la thèse de la dissimulation.

Mon envie de faire revivre cette voiture est maintenant encore une plus forte! 

Concernant les autres documents que j’ai reçu, Ils sont un peu étranges par rapport à notre carte grise usuelle;

Une copie de récépissé de déclaration de la préfecture en date du 10 Janvier 1939 certifie que Mr Gaston LEPINE est le propriétaire du véhicule 7553 MD 5. 

Une voiture venant des hautes Alpes ou immatriculée en Angleterre? Nouvelle frayeur ! 

Sur le véhicule et sur le certificat de cession récemment établi par le notaire, l’immatriculation est 3009 BC 59.

Un second récépissé de déclaration de mise en circulation d’un véhicule à moteur en date du 8 Mars 1955 vient éclairer le débat. Il reprend les deux immatriculations avec la mention « renouvellement ». 

Effectivement, le système d’immatriculation Français a été modifié la première fois en 1950. 

7553MD5 était donc  l’ancienne immatriculation selon le système mis en place en 1901. Et MD5 n’est autre que le code géographique du lieu de domiciliation du véhicule (France, Nord – Arrondissement de Douai) en usage entre 1928 et 1950.

L’histoire que je découvre est tellement surprenante que je ne veux en savoir plus sur cette voiture. 

Un contact avec la Préfecture du Nord (59-Lille) m’apprend qu’ils n’ont plus d’archives de cette époque. Ayant, fait la généalogie familiale, je sais où sont versés les documents de l’administration.

Une recherche aux archives départementales dans les registres des immatriculations de l’époque le confirme: Mr Gaston LEPINE avait bien acheté cette FORD Y N° 293 le 13 Janvier 1939.

Avant d’attaquer la suite du récit, quelques points à retenir:

  • Soyez attentif lorsque vous faites l’acquisition d’un véhicule ancien. Les lieux et les papiers peuvent vous en dire long sur son passé.
  • Un maximum de documents permettant d’authentifier sa provenance facilitera l’obtention d’un nouveau certificat d’immatriculation en voiture de collection.
  • Une véhicule agé au passé limpide est plus facile à revendre un jour.
  • Un véhicule de collection aura une côte plus élevée si l’histoire qu’il porte est liée à un personnage ou un fait historique.

Voir aussi notre article : Démarches administratives

Laisser un commentaire