loupe

Toutes piècesflèche vers le bas

Toutes pièces

plusDéposer une annonce

Accueil triangle Une plongée dans le temps

Une plongée dans le temps

avatar

Pascal

barre verticale

0
commentaires

   

Maintenant que la voiture n’est plus qu’un châssis avec un arbre de transmission et une carrosserie vissée, je pourrais penser que tout ira vite. Mais il me reste à mener une opération des plus délicate : Ouvrir le moteur et contrôler son état intérieur. Une vraie plongée dans le temps !

Nettoyer le moteur et contrôler son état

De toute façon, je dois le faire car il est bloqué !

L’opération n’est pas trop difficile. Le bloc de 933Cm3 est assez petit et maniable.

La tête de d’allumage ayant déjà été déposée lors de l’allègement du moteur, l’axe de la pompe à huile qui l’entraine à chaque mouvement du vilebrequin par le biais d’une roue dentée entrainant un arbre à cames est libre d’accès et peut être retiré. (A l’époque, pas de chaine de distribution)

Je retire ensuite les vieilles bougies d’allumage qui semblent être d’origine. Elles me gênaient dans l’accès aux 12 écrous tenant le couvre-soupapes (il n’y a pas de culbuteur sur ce moteur d’avant-guerre). J’ai mis la veille beaucoup de dégrippant et je dois être prudent au desserrage ; Il ne faudrait pas casser un goujon de serrage ! Et puis, il faut desserrer progressivement chaque écrou.

Bon, il faut maintenant retirer ce couvercle qui est posé depuis au moins 80 ans sur le sommet de ce moteur. Inutile de dire qu’il ne veut pas venir si facilement.

Quelques coups de maillet en caoutchouc sur le pourtour devraient décoller le tout. Mais, .. non !

Je pourrais bien utiliser les emplacements des bougies pour y fixer un extracteur et soulever le couvercle mais là encore, je risque soit d’endommager les filetages ou de déformer la pièce.

Bon, il ne reste la solution de glisser quelques cales coniques dans le joint cuivré épais au risque de détériorer celui-ci. De tout façon, il demandera certainement à être remplacer.

Je continue de jouer du maillet en caoutchouc et j’arrive enfin à décoller l’ensemble.

Les soupapes, les pistons et le couvercle sont noires. Ils demandent un gros nettoyage.

J’ai bien repéré les écrous des longs goujons sur le bloc qui permettent de désolidariser les paliers support de vilebrequin en partie basse pour sortir le vilebrequin. Il faut toutefois enlever le carter bas moteur pour tenir leurs extrémités. Mais avant, un bon décrassage de l’ensemble et décapage du circuit de refroidissement avec un produit spécialisé s’impose. Je répandrais une peinture spéciale pour protéger ce dernier une fois que j’aurais remplacé les tiges de fixation du collecteur d’eau.

Une fois le décrassage terminé, je tombe le carter bas moteur et je retourne le bloc moteur.

Surprise, le filtre de la pompe à huile est totalement encrassé. Difficile de penser que la lubrification de ce moteur devait très être bonne.

J’ai accès à tous les boulons et leurs tiges qui tiennent le vilebrequin sauf un… mais où se cache-t-il donc ? Il reste un carter de protection latéral et le collecteur d’échappement

Je le trouverais bien caché derrière la rangée de ressort de rappel des soupapes. Je peux enfin tomber le vilebrequin après avoir enlevé les paliers et les coussinets de bielle.

Je pousse les pistons en dehors des chambres. Celui qui est bloqué ne résistera pas à quelques coups de maillet caoutchouc sur une cale en bois du bon diamètre et posée sur sa surface.

Le bloc partira quelques jours plus tard pour rectification des cylindres.

Comment bien remonter… le temps

– Rappelez-vous que les aciers anciens ne sont pas ceux d’aujourd’hui et qu’ils ont subi l’outrage du temps. Il faut donc desserrer progressivement chaque écrou afin de ne pas déformer le couvre soupapes qui fait l’étanchéité dessus moteur.  Le risque est aussi de casser un goujon !

– Utilisez la documentation du constructeur ou contacter un club de la marque ou du modèle pour connaitre la procédure de serrage (quels écrous serrer en premier) et quel couple de serrage appliquer.

– Il faut également collecter d’autres données essentielles telles que les grades des huiles pour remplir le moteur, les jeux de réglages des soupapes, le jeu de réglage des bougies, de l’allumage, etc…

– Commencez à rechercher les pièces qu’il vous faudra pour le remontage du moteur dès que vous avez fait le démontage. Certaines pièces sont difficiles à trouver et la recherche risque de prendre du temps (bougies équivalentes, segments de pistons, …).

– Listez tous les professionnels des moteurs qui pourront intervenir sur votre bloc moteur en cas de besoin (rectification, segmentation, …)

– Une fois de plus PRENEZ des notes sur lors du démontage ! un boulon non serré oublié au cœur du moteur est vraiment un moment pénible à vivre lorsque tout est remonté et que l’on s’en aperçoit !

– Enfin, faite la liste des choses que vous avez remarqué au démontage et qui nécessiteront un entretien régulier (comme le filtre de la pompe à huile).

barre horizontale Derniers articles

Faites le plein

07/04/19

Un départ sous haute tension !

08/04/19

Envoyez la vapeur !!

09/04/19

Vous allez atteindre les 300Km/h!

09/05/19

FIAT Tipo élue voiture de l’année 1989 en Europe

22/05/19

À plus de 400km/h!

29/05/19

PAULINE et sa Jeep HOTCHKISS M-201

24/06/19

ROGER et sa Monaquatre

25/06/19

PASCAL est l’attraction

26/06/19

17éme Edition des Belles Mécaniques

26/06/19

barre horizontale Catégories